L’Indé Panda n°5

Description (source Amazon) :

Aimez-vous sentir le vent sur votre visage ?
Un mot doux a-t-il déjà fait basculer votre vie ?
Un motif idéal pour un meurtre ? Et pour plusieurs ?
Et si la Faim avait une voix ?
Prêt à vivre une journée de lycée ?
Non, les contes ne finissent pas toujours bien. Vous en doutez ?
Croyez-vous en la magie ?
Joueur ? Joueuse ? Quelle sera votre ultime mise ?
Une petite soif de sang ?
L’amour prend-il fin un jour ?

Avec ce cinquième opus de L’Indé Panda, nos auteurs sélectionnés se proposent de répondre à toutes ces questions. De récits fantastiques en dystopie, du genre policier au contemporain, nous vous proposons également un détour par un conte et une histoire dont vous êtes le héros !
Entre les cinq plumes « habituées » de notre webzine et les cinq nouvelles, nul doute que ce numéro de L’Indé Panda vous réserve de belles surprises…

*

Et la brise sur sa joue – Solenne Hernandez
1918, la dernière lettre – Zia Odet
Légende moderne – Céline Saint Charle
Une drôle de faim – Isabelle Piraux
Zugzwang – Bouffanges
Le méchant petit cordonnier – Balthazar Tropp
La roche des païens – Jeanne Sélène
La partie de dés – Renaud Ehrengardt
Jusqu’à ce que l’aube se lève – Serenya Howell
Kamar et Hala – Éric Simard

IDP 5

Ok, j’ai cet article en brouillon depuis février 2018. C’est dire si ça date.
J’aurais pu passer outre, après tout, le numéro 8 vient de sortir. Oui mais… Petit 1, j’aime tellement cette initiative que je n’ai pas envie de rater une occasion de parler d’eux, des textes découverts. Petit 2, j’aime faire les choses dans l’ordre. Je ne peux tout simplement pas passer de la chronique du numéro 4 au numéro 8 comme ça !

Bref, j’ai relu L’Indé Panda n° 5 😉

Je ne refais pas l’article sur le concept, si vous ne connaissez pas, je vous invite à lire mes chroniques précédentes ou à découvrir leur blog 🙂

Pour une fois, je vais écrire quelques mots sur chaque nouvelle, que je l’ai aimée ou non. C’est parti !

Et la brise sur sa joue – Solenne Hernandez (interview ici)
Un gros coup de cœur pour cette nouvelle où tous les personnages portent un masque pour se préserver. Pour se préserver ou pour préserver les autres ? La société ? Pour étouffer leurs émotions ? Pour les emprisonner ? Les bâillonner ? Une nouvelle qui interpelle servie par une plume délicate et pleine d’humanité.

1918, la dernière lettre – Zia Odet (interview ici)
L’écriture immersive de l’autrice nous entraîne dans les tranchées de la Première Guerre Mondiale (avec des majuscules, oui !) avec Jean mais aussi « au pays » avec sa Valentine et dans un hôpital militaire avec Marguerite. Une réussite !

Légende moderne – Céline Saint Charle (interview ici)
Il s’agit d’une nouvelle policière et c’est assez rare pour être souligné. J’ai beaucoup aimé ce flic, Maxime, qui commence en nous expliquant que les flics sont des employés comme les autres. Enfin, presque… La narration s’adapte à la nouvelle et ce qui commençait de façon presque classique se termine en nous glaçant les veines.

Une drôle de faim – Isabelle Piraux (interview ici)
Horrible, horrible, horrible ! Parfaitement écrite, j’en avais déjà fait des cauchemars lors de ma première lecture.

Zugzwang – Bouffanges (interview ici)
Une nouvelle qui m’a tirée les larmes. Construite de façon à laisser au lecteur la possibilité de choisir la suite de l’histoire, elle retrace le quotidien d’un ado souffrant de TSA. Ce quotidien anodin pour beaucoup, insurmontable pour lui.

Le méchant petit cordonnier – Balthazar Tropp (interview ici)
J’ai été très touché par ce cordonnier, si gentil, doux et humble. Son métier est sa vie, il est consciencieux et passionné. Quand un jour on lui donne la chance d’être reconnu, doit-il refuser de s’écouter pour faire passer les autres avant ?
Il y a deux parties distinctes, deux tons bien différents. J’ai adoré la première partie, détesté la seconde, sentant le malheur arrivé.

La roche des païens – Jeanne Sélène (interview ici)
Avec Jeanne, on ne sait jamais à quoi s’attendre. Du feel-good, de la fantasy, du sombre… Bon là, on est dans le dernier cas. A croire vraiment que les auteurs se sont filés le mot. Toujours aussi bien écrit, c’est un régal à lire, ne serait-ce que la façon dont Jeanne qualifie « son vieux » dans la première partie. L’autrice connaît son métier.

La partie de dés – Renaud Ehrengardt (interview ici)
Tout commence de façon banale avec un VRP qui s’arrête dans un hôtel. Cependant, très vite l’ambiance change et une emprise semble s’exercer sur notre homme. Un dé, un patron bizarre, le destin. Si je n’avais pas tiqué à un moment, j’aurais passé un excellent moment de lecture.

Jusqu’à ce que l’aube se lève – Serenya Howell (interview ici)
Claudia et John, un couple ordinaire ? Non, sauf si la monstruosité est ordinaire pour vous. Une nouvelle bit-lit bien écrite, agréable et prenante et que j’ai trouvé originale par rapport à mes (rares) lectures dans ce genre.

Kamar et Hala – Éric Simard (interview ici)
Je suis complètement passée à côté de cette nouvelle. Mon esprit rationnel a beaucoup de mal à comprendre ce texte, ce qui est dommage car je trouve l’écriture très belle et que je l’ai vu citée plusieurs fois en coup de cœur. Et qu’à priori, malgré la guerre, c’est une des plus optimistes du recueil (à priori car ce n’est pas mon ressenti mais comme je n’ai pas tout compris…).

En résumé, c’est un numéro que j’ai trouvé plus sombre que les précédents ce qui est assez étrange puisqu’il n’y a pas de thème, qu’il y a plusieurs auteurs et que le comité de lecture est étendu. Cependant, la qualité d’écriture est là et c’est toujours un plaisir de découvrir ces petites histoires et de nouvelles plumes.
Dans cette nouvelle formule de chronique, je vous ai mis les liens de toutes les interviews des auteurs, j’adore les lire après chaque nouvelle, elles apportent parfois un autre éclairage à notre lecture ou nous permettent de mieux découvrir l’auteur.

❤ ❤ ❤ ❤

Disponible gratuitement sur Amazon

2 réflexions sur “L’Indé Panda n°5

    1. Merci ! Prépare-toi, c’est une semaine spéciale Indé Panda avec une chronique tous les deux jours (si je tiens le rythme ^^). J’espère te donner envie de reprendre le temps 😛

      C’est vrai que j’avais un peu mis de côté leurs recueils mais je prends tellement de plaisir à les lire à chaque fois que c’est dommage ! Le seul problème ; la taille de la WL qui s’allonge…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.