Il Suffit d’une Balle : Mais tout s’explique… de Grégoire Lacroix

Description (source Amazon) :

Ce polar philosophique renferme le troublant témoignage d’un homme qui découvre, par hasard, qu’il est surdoué. Dopé, voire grisé par son imposant Q.I, il s’autorise alors à donner son avis sur tout. Y compris sur la vie privée de son voisin, Édouard de Padirac (rez-de-chaussée ; porte de gauche.) Gentil voisin, mais un peu inquiétant tout de même… surtout lorsqu’il l’implique dans un meurtre. En effet, un individu est retrouvé inanimé chez de Padirac, une balle entre les deux yeux. En tant qu’agent du SORG, notre « surdoué » croit pouvoir gérer rapidement la situation, mais il se trompe. Cette fois, il éprouvera beaucoup de difficultés à éclaircir l’affaire. Mais que s’est-il passé ?

Il suffit d'une balle

 

Mon avis :

C’est la couverture qui m’a conquise, je la trouve très originale. La mention « polar philosophique » m’a intriguée. Polar OK. Mais philosophique ? Qu’est-ce que ça allait donner ? J’hésitais juste sur le côté humoristique car si vous me connaissez, vous savez que je n’ai pas toujours le même sens de l’humour que tout le monde et que j’ai toujours peur que ça coince à ce niveau.

J’ai commencé cette lecture dans d’excellentes dispositions. Je sortais de lectures loin du polar et j’avais bien besoin de ce genre de roman. Le thème des « surdoués » m’intéressait. Hop !

J’ai eu le sourire aux lèvres les premières pages. Le ton est enlevé, l’écriture fluide, l’humour est là et j’en comprends une bonne partie. Est là ? Oui. A chaque phrase quasiment. Je commence à avoir peur. Je suis plutôt friande d’une blagounette isolée que d’un one-man show sans pause. Je me rends vite compte que je me suis trompée de salle (pour reprendre le parallèle du théâtre) et j’espère juste qu’à l’arrivée du cadavre, les vannes vont s’espacer pour laisser place à plus d’action (ou au moins un paragraphe sans humour). Que nenni. Le cadavre ne sert pas à grand chose puisque le côté polar n’est là à mon sens que pour mettre encore plus en valeur Grégoire (le personnage pas l’auteur) et son brillant cerveau (qui va réfléchir à retardement ceci dit).

Je fréquentais quelques groupes de HPI (Haut Potentiel Intellectuel) et il est vrai que certains, après l’annonce des résultats (s’ils entraient dans cette catégorie de personnes) réagissaient un peu comme Grégoire, donnant leur avis sur tout et n’admettant aucune remise en question de fait de leur score élevé. Chose complètement anxiogène qui étouffe ces groupes et de nombreux nouveaux s’en vont bien vite (comme moi). Ils sont rares mais prennent la place de 100 personnes plus discrètes. Je veux croire que l’auteur dénonce ça dans ce livre mais très franchement, je n’en suis absolument pas sûre. J’ai rapidement été très fatiguée par l’humour et j’ai juste essayer de finir cette lecture le plus rapidement possible.

Les personnages sont caricaturaux que ce soit Grégoire ou ses voisins, il y a une chute, des jeux de mots, des effets de manche. Moi qui aime le spectacle vivant, je verrais bien ce roman adapté. Mais je ne suis définitivement pas le bon public. Si vous aimez ce style comme mon amie Sharon (lire sa chronique ici), foncez, vous ne serez pas déçus !

Je remercie NetGalley et Flamant Noir éditions pour ce partenariat.

❤ ❤

Disponible sur Amazon

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.