Interview « Enfance » : Georgina Tuna Sorin

Bonjour Georgina,

Ton actualité littéraire étant consacrée à ta série jeunesse « La vie rêvée de Lily », je t’ai concocté une interview spéciale « Quand j’avais 9 ans », qui est l’âge de ton héroïne dans le premier tome.

Afin de ne pas me répéter, je ne l’indique pas dans les questions, mais il est sous-entendu « Quand tu avais 9 ans » pour chacune d’elles.

Prête ? C’est parti !

En cour de récré, tu étais plutôt celle entourée d’une nuée de copains, celle avec 2/3 amis ou celle qui restait seule ?

J’ai eu beaucoup de mal à me faire des amis jusqu’au lycée. J’en avais donc peu. En revanche, je détestais me retrouver seule, donc je papillonnais de groupe en groupe, en fonction des jeux du moment. Je suis toujours un peu comme ça, d’ailleurs. J’ai un noyau dur d’amis, très resserré.

Quel était ton endroit préféré à l’école ? 

Je n’allais pas à la cantine, et je me souviens que ça me frustrait, parce que c’était justement sur le temps de midi que tout se passait. Quand je rentrais après la pause, j’avais l’impression d’avoir tout raté ce qui, objectivement, était un peu le cas. Frustration à tous les étages !
Les récrés ne sont pas mes meilleurs souvenirs. Je dirais la bibliothèque. À l’âge de Lily, je dévorais les livres. Je suis insomniaque depuis toute petite. Et à l’époque, je me planquais sous ma couette avec une lampe torche pour lire jusque tard dans la nuit. J’ai pris quelques soufflantes quand, à minuit passé, ma mère me surprenait. Je me souviens que je négociais pour terminer ma page (généralement, je m’arrangeais pour terminer le chapitre LOL). Et aussi parce que je faisais le tour de la maison et des appareils qui contenaient des piles identiques pour remplacer celles de ma lampe torche, quand elles étaient à plat. Quelques bonnes grosses disputes avec mes frangins, aussi, à cause de la Game Boy HS !

Est-ce qu’il y avait quelqu’un que tu admirais particulièrement ? 

Sans hésitation, Agnès, ma maitresse de CM1. Elle a changé la trajectoire de ma scolarité, et par extension celle de ma vie. Je le dis en pesant chaque mot, et avec beaucoup d’émotion : elle est ma plus belle rencontre d’élève, mais aussi ma plus grande peine. J’en parle dans un article de blog (https://www.georginatunasorin.com/institutrice/).
Un peu comme Lily avec Alain, je souhaite à chaque enfant de trouver sur son parcours d’écolier au moins un.e instit qui fera une telle différence dans sa vie. C’est précieux, vraiment. Sans Agnès, je pense sincèrement que j’aurais baissé les bras. Et surtout, que l’année suivante, avec une instit aux antipodes, m’aurait détruite beaucoup plus qu’elle ne l’a fait.

A quoi préférais-tu jouer ?

À l’école, c’était l’élastique et la corde à sauter. J’adorais jouer au foot, mais comment vous dire qu’on me renvoyait dans mes 22 illico presto. Il parait que les choses évoluent, mais à mon époque (mon dieu ça fait ancien combattant LOL), le terrain de foot était squatté par les garçons, et personne ne trouvait rien à y redire.

À la maison, on était une fratrie de 4, alors les jeux ne manquaient pas. Je me souviens qu’on adorait se fabriquer des “ailes de poulet”. Je pleure de rire à ce souvenir. En bref, on enfilait plusieurs paires de chaussettes par le coude (avants-bras repliés, je ne sais pas si c’est clair ?) et on se faisait des “combats de coq”. À genoux, on essayait de se déséquilibrer à coups de “coude”. Le premier qui tombait avait perdu. On a tellement ri ! Ma mère un peu moins, puisqu’on flinguait toutes les paires de chaussettes !

Pour Lily, la famille, c’est primordial ! Et toi ? Plutôt tout pour les copines ou très proche de tes parents (et d’une éventuelle fratrie) ?

Plutôt tout pour la famille. Surtout à l’âge de Lily. Mais comme je viens de le dire, nous étions quatre frères et sœurs, donc on ne s’ennuyait jamais. Lorsque je pense à la famille, je pense surtout à mes racines. Je suis née au Portugal, et presque toute ma famille y vit. Nous y passions tous nos étés (3 mois). J’en garde des souvenirs très forts : la joie quand nous arrivions, la grande tristesse quand nous repartions. Et entre les deux, tellement de bons moments ! Là-bas, nous étions à la campagne, tout le monde se connaissait. C’était la liberté ! Nous nous retrouvions, tous les enfants du coin (dont beaucoup de cousins), pour des parties de cache-cache géantes. À l’heure du repas, on entendait hurler nos prénoms dans la vallée et alors, chacun rentrait chez lui en râlant (par principe).

Parce que c’est super important : quel était ton plat préféré et celui qui te faisait soupirer quand il arrivait à table ?

La transition parfaite ! La soupe ! J’en avais des hauts le cœur, et ça ne s’est pas arrangé avec l’âge ! Et pour ce qui est des plats préférés, tous les plats portugais de ma maman et de ma mamie ! LE préféré : les pommes de terres au four avec le poulet roti, à la portugaise, bien sûr. Le tout accompagné d’un riz sec et d’une bonne salade mixe (on est sur un repas très diététique !). Et ce plat est encore meilleur cuisiné dans le four à bois de ma grand-mère, au Portugal !

Quel était ton rapport à la lecture ? Avais-tu un livre préféré ?

Je crois que j’y ai répondu plus haut : je dévorais. Je me souviens de mon premier gros chagrin : Le journal d’Anne Franck. J’étais persuadée qu’il manquait des pages, je ne pouvais pas croire à une telle fin, ni qu’il s’agissait d’une histoire vraie. J’ai tellement pleuré !

Le meilleur pour la fin : puisqu’on parle de rêves dans ton roman, quels étaient les tiens ?

Je voulais être journaliste, prendre l’avion, et… être heureuse. J’ai réalisé les trois :o)

Merci Georgina pour cette interview, j’ai parfois eu envie de te faire un gros câlin ! Tu m’as également donné envie de visiter le Portugal.

Et vous ?
N’hésitez pas à découvrir la page qui lui est consacrée juste ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.