Les salons du livres virtuels

Depuis plus d’un an, vous le savez, tous les événements culturels sont à l’arrêt. Étant blogueuse littéraire et bénévole dans un salon du livre, forcément c’est d’eux dont je vais parler aujourd’hui.

Grâce à l’artiste Ōkami Sekai et son Cyber Marché de Noël 2019 (renouvelé en 2020 évidemment), je connaissais déjà le principe sur Discord, c’est donc tout d’abord vers ceux se déroulant sur ce support que je me suis tournée.

J’ai commencé avec le formidable Virtua’ Livres, qui était foisonnant. Puis, j’ai navigué dans le salon virtuel des Plumes & sur Virtual Book Fair’s.

Lors d’un de ces salons, j’ai eu un gros coup de cœur pour les Éditions de la Caravelle et le discours de son éditrice, Amélie. Au point de pointer le bout de mon nez au salon qui a été organisé par cette petite maison d’édition. Petite mais de qualité. Pour preuve, la grande Christelle Dabos y a lu un extrait du roman « Croix de bois, Croix de fer » et n’a pas tari d’éloges (allant jusqu’à dire qu’elle aurait aimé écrire comme Célia Rodmacq).

J’ai également participé à quelques événements sur Facebook, mais je m’y suis (encore plus) vite perdue, je n’en parlerais donc pas.

Alors ? Qu’est-ce que j’en pense ?

J’y ai trouvé surtout trois avantages.

Le premier, évident : il a permis à ce secteur fragilisé (en tout cas chez les « petits ») de continuer de vivre, même si c’est au ralenti.

Ensuite, en tant que grande timide, j’ai été plus à l’aise en parcourant les stands sans le regard des auteurs.

Pour finir, ce format abolit les barrières physiques. Quels que soient vos horaires, votre état de santé ou lieu d’habitation.

Mais, il ne faut pas se le cacher, j’ai aussi trouvé trois gros inconvénients à ce format.

Le premier, c’est que rien ne remplace les rencontres avec les auteurs et d’autres passionnés. Écouter un créateur parler de son livre, voir son sourire illuminer son visage quand il perçoit votre intérêt, c’est juste merveilleux.

Ensuite, c’est beaucoup plus difficile pour la majorité des gens – dont moi ! – de s’y repérer. Il est plus fatigant pour les yeux de parcourir des étalages sur écran, et malgré les beaux visuels, ce n’est pas pareil que voir les livres sur une table en déambulant. Il m’a été impossible de visiter tous les stands, en dépit de ma bonne volonté.

La visibilité est bien moindre. D’après les retours que j’ai eus, il y a eu très peu de ventes, malgré le très gros investissement des organisateurs et des auteurs. Ces événements étant essentiellement connus de ces derniers, mais au final, assez peu des lecteurs.

Ce n’est pas un inconvénient à proprement parlé mais, afin de rendre plus vivant le salon, il y avait toujours plusieurs activités en même temps. Il fallait donc que le visiteur choisisse et c’était parfois cornélien. J’ai vu des auteurs avoir moins de 3 personnes pour des lectures, car un débat passionnant se tenait en parallèle. Et ces quelques personnes regrettaient d’avoir dû renoncer à la table ronde. J’avais tellement mal au cœur pour ces artistes !

Je comprends ce besoin d’animer et je ne critique pas les organisateurs, mais à un moment, j’ai trouvé, en tant que lectrice, que c’était « trop ». Les événements se concurrençaient entre eux et ne laissaient plus le temps de visiter les stands. Bien sûr, personne ne force à y assister, mais s’ils attirent, ils ne garantissent pas que le public reste après (contrairement à un salon physique ou les gens ont fait le déplacement, donc « tant qu’à y être… »)

Pour finir, j’ai envie de vous présenter les Éditions de la Caravelle, car rien que pour cette rencontre, ces salons valent la peine d’exister ❤

Lors du premier Virtua’Livres, j’ai pris l’ebook de « Danse avec moi ».

Puis, j’ai craqué, craqué… Voilà ma moisson version papier (il faut dire que j’ai commencé à suivre leurs auteurs et la maison sur les réseaux…) Je vous laisse aller regarder les couvertures et quatrièmes sur le site de la Caravelle.

Il ne me reste que « Croix de bois, Croix de fer » à lire, ainsi que quelques nouvelles du recueil. Et pour l’instant, je ne peux que saluer le travail de l’éditrice et la sélection de son comité : je n’ai eu que des coups de cœur !

Depuis, je suis passée à mi-temps pour m’occuper de mon fils et je ne peux plus les soutenir en achetant leurs romans quand j’ai à peine de quoi manger. Cependant, ayant beaucoup échangé avec l’éditrice, Amélie, lors de ces salons, afin qu’ils ne se privent pas de mes retours et que je puisse continuer à dévorer leurs ouvrages, nous avons conclu un « partenariat allégé ». Il n’y aura pas de billets sur le blog, mais j’en parlerai sur mes réseaux sociaux et sur Amazon si je le souhaite, en échange de l’ebook. Je vous avoue que j’en suis ravie, car j’avais bien l’intention de découvrir l’intégralité de leur catalogue tellement il est attirant ! Du reste, ma prochaine lecture chez eux est une autrice publiée dans le dernier Indé Panda !
Merci Amélie pour ta confiance ❤

À l’heure où nous avons enfin une date pour la réouverture des salons, je tiens à remercier tous ceux qui se sont démenés pour continuer leur activité, même de façon détournée (L’Imagin’arium a par exemple sorti des postcasts).
Mon fils étant à risque et le vaccin étant interdit aux mineurs pour l’instant, je sais que de mon côté, il faudra encore attendre un long moment avant que je puisse de nouveau servir le café aux visiteurs et auteurs présents à l’Imagina’Livres. Ce qui ne m’empêche pas de me réjouir, et j’ai hâte de retrouver les habituels comptes-rendus de salons qui parsèment les blogs des auteurs que je suis.

Vous me manquez.

Une réflexion sur “Les salons du livres virtuels

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.